Archives de catégorie : Billets

Des rapports entre musique et interactions langagières

Origafoundation, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Dans sa passionnante autobiographie, Words without Music, Philip Glass, l’une des figures de proue américaines de la musique minimaliste, présente sa vision d’une œuvre musicale en des termes qui ne vont pas sans évoquer les conceptions actuelles sur le langage oral en tant que support premier de nos interactions sociales. Glass écrit ainsi qu’une œuvre musicale n’existe pas de manière indépendante. « La musique existe entre vous — l’auditeur — et ce que vous êtes en train d’écouter. » Elle vient à exister à travers vous, et l’activité cognitive déployée par vous en est le contenu. La musique se présente comme une transaction entre le musicien et la personne qui l’écoute.

De manière analogue, dans les recherches menées aujourd’hui sur les interactions langagières, il est souvent considéré que les représentations et les processus cognitifs mis en jeu par deux interlocuteurs ne préexistent pas entièrement à ces interactions, et sont sujets à un mécanisme de co-construction dans lequel les deux interlocuteurs sont engagés.

In Focus: Philip Glass, un retour sur l’œuvre de Philip Glass, une émission diffusée le 14 novembre 2020 sur NTS.

Sur ce que fait le cerveau de l’auditeur dans la compréhension d’un récit

Un aperçu fort intéressant, et pour tous les publics, de différentes recherches sur les bases cérébrales de la compréhension du récit, par Jean Claude Ameisen, dans son émission « Sur les épaules de Darwin », sur France Inter, rediffusé le 6 juin 2020. En voici quelques extraits :

Une personne est en train de nous parler, de nous raconter une histoire. Nous écoutons et nous comprenons, nous partageons cette histoire et nous la vivons à notre tour. […] De nombreuses régions du cerveau qui s’activent chez le conteur pendant qu’il raconte son histoire, s’activent aussi chez les auditeurs lorsqu’ils écoutent cette histoire. Les auditeurs entrent en résonance avec les conteurs. Cette résonance concerne à la fois des régions du cerveau impliquées dans la perception des sons, des aires cérébrales impliquées dans la compréhension des paroles comme l’aire de Wernicke, des aires cérébrales impliquées dans la production des paroles comme l’aire de Broca, et ces régions frontales qui participent à la compréhension de la signification de l’histoire, et d’une manière générale à la compréhension des intentions, des désirs, des états d’esprit des autres. […] Écouter une histoire, c’est non seulement être en train de l’entendre et de tenter de la comprendre, c’est aussi, dans le même temps, activer en soi l’aire de Broca, mimer en soi la production de parole, qui permet de raconter l’histoire. Comme dans d’autres modes de communication, il y a dans la communication verbale un lien étroit entre perception et action. […]

Comprendre, c’est non seulement mimer en nous avec un léger retard les activités cérébrales qui émergent chez le conteur, c’est aussi et peut-être surtout être capable de prendre de l’avance sur ce qui est en train d’émerger, sur ce qui est encore à venir, c’est précéder l’autre au long de la piste qu’il est en train de tracer, c’est faire appel à notre imagination et dans le même temps vérifier en permanence que le chemin sur lequel nous nous sommes avancés est bien celui que va emprunter le conteur. C’est vérifier en permanence que nous ne nous sommes pas égarés, c’est être continuellement en chemin entre le passé et le futur, c’est être à la fois en retard sur le conteur, ce léger retard de plusieurs secondes avec lequel l’écho le reflet l’empreinte de ses paroles résonne en nous, et en avance sur le conteur, cette légère avance que nous prenons sur la signification de l’histoire qu’il est en train de nous raconter. D’où peut-être cette tendance que nous avons parfois à vouloir interrompre d’un geste, d’un murmure, d’une parole, une personne en train de nous parler, pour lui signifier que nous connaissons déjà la suite, que nous savons déjà avant même qu’elle nous le dise, ce qu’elle a l’intention de nous dire, pour lui signifier qu’elle peut aller plus vite, qu’elle peut sauter une étape, et nous rejoindre là où nous l’avons devancée. […]

Auteur : Jean Claude Ameisen

Sens de l’intonation dans le dialogue

Lorsque nous parlons, notre voix se caractérise par des changements de hauteur répétés, et cela confère à chacune de nos phrases une mélodie particulière. Il est bien établi que la mélodie d’une phrase transmet une information spécifique. Par exemple, on dit souvent qu’une mélodie montante en fin de phrase signifie soit que cette phrase est une question, soit que le locuteur signale à son interlocuteur qu’il n’a pas terminé de parler et va produire une autre phrase. Au contraire, une mélodie descendante en fin de phrase signifie que le locuteur veut transmettre une information à laquelle il croit, et qui vient clore un chapitre de son discours. Une mélodie descendante indique ainsi que le locuteur est prêt à céder la parole à son interlocuteur.

Crédits photo : Cheryl Frenck-Mestre — tous droits réservés

Ces phénomènes, regroupés sous le terme d’intonation, sont scrutés avec attention par les chercheurs en sciences du langage depuis longtemps. Cette étude a contribué à ouvrir une voie nouvelle, en démontrant de manière expérimentale que le sens de l’intonation est essentiellement de nature dialogique : le choix de telle ou telle intonation signale à la fois l’attitude du locuteur vis-à-vis de ce qu’il dit (il le croit, en doute, l’ignore…) mais aussi ce qu’il imagine que son interlocuteur en pense.

À travers l’étude de l’interprétation de quatre mélodies du français, Cristel Portes et ses co-auteurs ont pu établir que la signification de ces mélodies pouvait être décrite au moyen de trois propriétés fondamentales : 1- l’engagement du locuteur vis-à-vis du sens de sa propre phrase (dans quelle mesure croit-il à la vérité de la situation que décrit la phrase), 2- l’attitude qu’il attribue à son interlocuteur vis-à-vis de cette même situation (le locuteur pense-t-il que son interlocuteur est prêt à le croire ou qu’au contraire il risque de mettre en doute ses propos, voire de le contredire ? 3- l’anticipation par le locuteur de la réaction de son interlocuteur (ce dernier peut attendre la prochaine phrase du locuteur, confirmer ce que le locuteur a dit, (re)prendre la parole pour répondre à sa question, ajouter de nouvelles informations, raconter une autre histoire, etc.).

L’étude a ainsi permis de jeter une lumière nouvelle sur l’intonation, une composante essentielle du langage oral, en démontrant qu’elle joue un rôle très précis et très important dans la négociation des informations échangées par les interlocuteurs au cours d’une conversation.

Référence : Cristel Portes, Claire Beyssade, Amandine Michelas, Jean-Marie Marandin, Maud Champagne-Lavau. The Dialogical Dimension of Intonational Meaning: Evidence from French. Journal of Pragmatics, Elsevier, 2014, 74, pp.15-29.