Tous les articles par Noël Nguyen

La conversation est un jeu d’enfant

Les bébés apprennent l’art de la conversation avant même de savoir parler

La conversation démarre bien avant la maîtrise du langage. Ana Tablas / Unsplash, CC BY-SA

Abdellah Fourtassi, Aix-Marseille Université (AMU); Noël Nguyen, Aix-Marseille Université (AMU) et Roxane Bertrand, Aix-Marseille Université (AMU)

On s’interroge depuis bien longtemps sur les processus mis en œuvre par les enfants pour faire l’acquisition de leur langue maternelle. Lorsque tout se passe bien, cette acquisition s’accomplit à une vitesse étourdissante, au regard de l’extraordinaire complexité présentée par le langage et par son utilisation dans nos interactions sociales.

Au sein du développement enfantin, la période couverte par ces investigations a longtemps eu pour point de départ l’émergence des premiers mots, en moyenne autour de 12 mois après la naissance. Mais nous savons aujourd’hui que l’acquisition du langage démarre bien plus tôt. Dès la 20ᵉ semaine de gestation, le système auditif du fœtus permet à celui-ci d’entendre la voix de sa maman et celles des personnes de son entourage, et de se familiariser avec la forme sonore de sa langue maternelle, et en particulier la mélodie.

Pendant la première année de vie, des transformations majeures se produisent dans la manière dont le bébé perçoit les sons de la parole. Ils se caractérisent par une spécialisation précoce du système de traitement pour les sons de la langue maternelle, par opposition à ceux des autres langues.

Bien avant de produire ses premiers mots, le bébé s’engage dans de multiples interactions avec les personnes de son entourage, qui font appel à la voix, au regard, aux expressions faciales, au geste, et dont l’orchestration temporelle présente des similitudes frappantes avec celle de la conversation orale chez les adultes.

Avant les mots, le support premier de l’acquisition du langage est ainsi formé par les échanges conversationnels, ou ce qui les préfigure chez le bébé, et que l’on appelle les protoconversations. Si le langage a d’abord été vu comme un système de calcul symbolique, implémenté dans le cerveau de chaque individu, de nombreux chercheurs soulignent aujourd’hui le rôle majeur des interactions sociales à l’intérieur desquelles le langage en vient à émerger chez le bébé. C’est alors la dyade, constituée par le bébé et la personne interagissant avec lui, qui devient notre cadre d’analyse premier pour l’étude de l’acquisition du langage, et non plus l’individu.

Les interactions sociales au cœur de l’acquisition du langage

Les recherches montrent que l’apprentissage de la langue est beaucoup plus efficace quand l’information linguistique est présentée à l’enfant dans le cadre d’une interaction conversationnelle plutôt que d’une façon détachée et non réactive (par exemple à travers la télé).

Ceci est vrai même pour les niveaux les plus bas du système linguistique comme les phonèmes (les unités de sons qui constituent les mots). Par exemple, Patricia Kuhl et ses collègues ont mené une expérience comparant deux groupes d’enfants (de 9 à 10 mois) dont la langue maternelle était l’anglais. Le premier groupe d’enfants a participé pendant douze séances à une interaction sociale de 25 min avec une personne qui parlait en mandarin. Le deuxième groupe a été exposé à une durée équivalente d’enregistrement audio ou audiovisuel en mandarin mais sans interaction interpersonnelle. Les chercheurs ont trouvé que seul le premier groupe a été capable de développer une sensibilité pour les distinctions phonémiques en mandarin.

Pointer du doigt est une forme de conversation. Mutzii/Unsplash, CC BY

Au fur et à mesure que les enfants réalisent l’aspect socialement partagé du sens, ils commencent non seulement à observer comment les adultes utilisent le langage, mais aussi à initier des interactions sociales pour solliciter la connaissance détenue par ces adultes. Par exemple, ils suivent leur regard, se réfèrent à eux en cas d’incertitude, et utilisent des gestes (sinon des mots) pour diriger leur attention.

Face à ces sollicitations, les parents répondent généralement d’une manière adaptée. Il existe, en effet, une large littérature scientifique démontrant que les réactions/réponses des parents qui sont adaptées/contingentes aux initiatives des enfants facilitent l’acquisition du langage.

Par exemple, quand l’enfant pointe un objet de la main, la réponse de l’adulte qui consiste à nommer ou à expliquer la fonction de cet objet est plus à même de mener à un apprentissage par l’enfant. Cette dynamique crée un cercle vertueux pour l’acquisition de la langue : les réponses adaptées des parents améliorent les compétences linguistiques des enfants, qui à leur tour, créent des opportunités d’échanges conversationnels plus riches, et ainsi de suite.

Écouter, c’est donner du sens

Certains chercheurs pensent que les enfants apprennent la langue également parce que les adultes vérifient la manière dont les enfants s’expriment et reformulent les phrases où les enfants font des erreurs.

Ces reformulations aideraient les enfants à raffiner leurs connaissances linguistiques aussi bien au niveau de la forme phonologique qu’au niveau du lexique et de la grammaire. Comme pour le cas des réponses adaptées expliquées, les reformulations témoignent de l’importance de l’interaction conversationnelle dans l’acquisition.

L’acquisition du langage est ainsi grandement facilitée par les adultes qui agissent en réels partenaires conversationnels en fournissant en permanence un retour sur ce qui est en train de se dérouler, sur les propos tenus par les enfants (tant sur la forme que sur le contenu), en acquiesçant, interrogeant, reformulant, évaluant, etc. Cette capacité d’écoute proactive des parents s’avère cruciale non seulement auprès des enfants pour leur permettre de progresser en tant que sujet parlant mais elle est également incontournable pour devenir un sujet interactant.

Découvrir l’orchestration de la conversation

Et pourtant, s’il est effectivement en dialogue, en communication, peut-on vraiment dire que l’enfant converse ? Une bonne maîtrise de la phonologie, de la syntaxe, de l’organisation des tours de parole, certes indispensable, est-elle suffisante pour développer et maintenir une conversation ?

De nombreuses études sur les interactions interindividuelles s’accordent sur le fait que la conversation est une activité accomplie conjointement, dont la réussite suppose l’implication et la coopération de tous les participants. Discuter avec quelqu’un ne se limite pas à planifier et émettre des énoncés mais suppose de se coordonner. Cette coordination passe par l’élaboration conjointe d’un socle commun (« common ground ») lié aux connaissances et aux croyances partagées que les participants élaborent ensemble et sur lesquelles ils s’appuient pour précisément s’aligner.

Chaque contribution s’intègre dans un processus sous-jacent (élaboration du socle commun, dit de « grounding ») qui renvoie à l’élaboration et la mise à jour constante de ce fond commun ; chaque contribution nécessite d’être reconnue et comprise par l’interlocuteur qui peut alors y répondre de la manière la plus appropriée possible. Une conversation est donc ainsi faite d’ajouts successifs, incrémentaux, par l’un et l’autre des participants.

De nombreuses marques langagières (parmi lesquelles les répétitions, reformulations, demandes de clarification mais également les items tels que « mh », « d’accord », « c’est super », « hochement de tête », etc qui représentent les « réponses des interlocuteurs », dites feedbacks) permettent aux interlocuteurs de se donner à voir mutuellement et de manière quasi permanente ce qu’ils font, s’ils se comprennent, quelle trajectoire conversationnelle ils souhaitent suivre, s’ils sont d’accord pour le faire. Quel que soit le terme retenu, ces pactes ou cet alignement entre les individus permettent la progressivité de l’interaction, et l’accomplissement réussi de cette dernière. Les réponses feedback ont un rôle crucial dans cette coordination et ce processus d’élaboration du socle commun. Mais qu’en est-il chez les enfants ?

Donner à comprendre à son interlocuteur qu’on l’écoute

En général, il y a très peu d’études sur comment les marques (méta-)langagières – aidant à mieux coordonner une conversation – se développent dans l’enfance (au moins comparé à la littérature scientifique sur l’acquisition de la structure de la langue). Cela dit, en se basant sur celles qui existent, on en déduit que les enfants manifestent très tôt un désir vif de comprendre et de se faire comprendre.

Par exemple, des chercheurs ont suivi le développement du mécanisme de détection et réparation du malentendu chez le même enfant entre 1 et 4 ans. Ils ont trouvé que, très tôt, l’enfant est attentif aux indices d’incompréhensions (ex. questions de clarification), et est capable de réparer le malentendu en apportant des précisions pertinentes. Juste après, l’enfant ne se limite plus à se corriger lui-même, il corrige également l’interlocuteur quand ce dernier fait ce que l’enfant perçoit comme une incongruence ou des erreurs. Finalement, autour de 3 ans, l’enfant commence à prononcer explicitement des demandes d’explication quand il perçoit une incohérence dans les paroles ou comportements de l’interlocuteur.

Concernant le feedback verbal (« mh ») ou non verbal (« hochement de tête »), l’apprentissage prend généralement plus de temps, et continue à s’affiner jusqu’à l’adolescence. On remarque une dissociation entre la capacité à comprendre ce mécanisme quand il est produit par l’interlocuteur d’un côté, et la capacité à produire un feedback adéquat de l’autre côté. La première capacité est observée dès 4 ans et contribue, par exemple, à l’amélioration de la qualité de narration des enfants. La deuxième capacité, quant à elle, est plus difficile. La recherche montre que les enfants de 7 et jusqu’à 12 ans continuent à apprendre comment utiliser les signaux du locuteur pour produire un feedback d’une manière adéquate.

Le développement prolongé du feedback – surtout concernant la production – peut être dû au fait qu’il exige la capacité de prendre la perspective de l’interlocuteur, une capacité qui continue à se développer jusqu’à l’adolescence. Quand l’enfant est en position d’écoute, il doit comprendre le besoin de l’interlocuteur d’être compris et donc d’avoir un feedback permanent, pas uniquement quand il y a le potentiel d’une incompréhension, mais aussi quand la communication semble bien marcher.

Coordination dans la conversation : une trajectoire complexe

Les principes de la conversation qui permettent de gérer son organisation structurelle sont essentiels mais non suffisants pour faire de l’interaction une réussite. La conversation ne peut se réduire à une alternance de tours de parole. Ce qui semble donc émerger, c’est que les bébés sont capables de se coordonner avec les adultes au niveau temporel, en s’appuyant sur des indices leur permettant de prédire le moment où ils vont pouvoir « prendre le tour » (importance des paramètres prosodiques sans doute très forte puisqu’on sait que la prosodie, qui concerne les aspects mélodiques et rythmiques de la parole, est l’une des dimensions acquises très tôt).

En revanche, se coordonner ou s’aligner à un niveau plus élaboré (niveau des représentations) qui nécessite de prendre en compte l’autre et ses pensées, de comprendre à quelles actions renvoient les énoncés produits, raconter une histoire, comprendre la source et la perspective (d’où l’on parle) (ce que de nombreux auteurs appellent une théorie de l’esprit) et donner à voir explicitement que l’on a cette capacité (être un bon « interlocuteur » notamment, qui contribue à l’activité conjointe de converser, en renvoyant par exemple des réponses – feedback- appropriées), s’acquiert beaucoup plus tardivement.

Abdellah Fourtassi, Enseignant-chercheur en Sciences Cognitives, Aix-Marseille Université (AMU); Noël Nguyen, Professeur, Aix-Marseille Université (AMU) et Roxane Bertrand, Chargée de recherche CNRS, Linguiste, Analyse des Interactions, Aix-Marseille Université (AMU)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Des rapports entre musique et interactions langagières

Origafoundation, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Dans sa passionnante autobiographie, Words without Music, Philip Glass, l’une des figures de proue américaines de la musique minimaliste, présente sa vision d’une œuvre musicale en des termes qui ne vont pas sans évoquer les conceptions actuelles sur le langage oral en tant que support premier de nos interactions sociales. Glass écrit ainsi qu’une œuvre musicale n’existe pas de manière indépendante. « La musique existe entre vous — l’auditeur — et ce que vous êtes en train d’écouter. » Elle vient à exister à travers vous, et l’activité cognitive déployée par vous en est le contenu. La musique se présente comme une transaction entre le musicien et la personne qui l’écoute.

De manière analogue, dans les recherches menées aujourd’hui sur les interactions langagières, il est souvent considéré que les représentations et les processus cognitifs mis en jeu par deux interlocuteurs ne préexistent pas entièrement à ces interactions, et sont sujets à un mécanisme de co-construction dans lequel les deux interlocuteurs sont engagés.

In Focus: Philip Glass, un retour sur l’œuvre de Philip Glass, une émission diffusée le 14 novembre 2020 sur NTS.

Sur ce que fait le cerveau de l’auditeur dans la compréhension d’un récit

Un aperçu fort intéressant, et pour tous les publics, de différentes recherches sur les bases cérébrales de la compréhension du récit, par Jean Claude Ameisen, dans son émission « Sur les épaules de Darwin », sur France Inter, rediffusé le 6 juin 2020. En voici quelques extraits :

Une personne est en train de nous parler, de nous raconter une histoire. Nous écoutons et nous comprenons, nous partageons cette histoire et nous la vivons à notre tour. […] De nombreuses régions du cerveau qui s’activent chez le conteur pendant qu’il raconte son histoire, s’activent aussi chez les auditeurs lorsqu’ils écoutent cette histoire. Les auditeurs entrent en résonance avec les conteurs. Cette résonance concerne à la fois des régions du cerveau impliquées dans la perception des sons, des aires cérébrales impliquées dans la compréhension des paroles comme l’aire de Wernicke, des aires cérébrales impliquées dans la production des paroles comme l’aire de Broca, et ces régions frontales qui participent à la compréhension de la signification de l’histoire, et d’une manière générale à la compréhension des intentions, des désirs, des états d’esprit des autres. […] Écouter une histoire, c’est non seulement être en train de l’entendre et de tenter de la comprendre, c’est aussi, dans le même temps, activer en soi l’aire de Broca, mimer en soi la production de parole, qui permet de raconter l’histoire. Comme dans d’autres modes de communication, il y a dans la communication verbale un lien étroit entre perception et action. […]

Comprendre, c’est non seulement mimer en nous avec un léger retard les activités cérébrales qui émergent chez le conteur, c’est aussi et peut-être surtout être capable de prendre de l’avance sur ce qui est en train d’émerger, sur ce qui est encore à venir, c’est précéder l’autre au long de la piste qu’il est en train de tracer, c’est faire appel à notre imagination et dans le même temps vérifier en permanence que le chemin sur lequel nous nous sommes avancés est bien celui que va emprunter le conteur. C’est vérifier en permanence que nous ne nous sommes pas égarés, c’est être continuellement en chemin entre le passé et le futur, c’est être à la fois en retard sur le conteur, ce léger retard de plusieurs secondes avec lequel l’écho le reflet l’empreinte de ses paroles résonne en nous, et en avance sur le conteur, cette légère avance que nous prenons sur la signification de l’histoire qu’il est en train de nous raconter. D’où peut-être cette tendance que nous avons parfois à vouloir interrompre d’un geste, d’un murmure, d’une parole, une personne en train de nous parler, pour lui signifier que nous connaissons déjà la suite, que nous savons déjà avant même qu’elle nous le dise, ce qu’elle a l’intention de nous dire, pour lui signifier qu’elle peut aller plus vite, qu’elle peut sauter une étape, et nous rejoindre là où nous l’avons devancée. […]

Auteur : Jean Claude Ameisen

Et si…

Et si les machines pouvaient nous rendre plus humains ?

Magalie Ochs, Aix-Marseille Université (AMU); Noël Nguyen, Aix-Marseille Université (AMU); Philippe Blache, Aix-Marseille Université (AMU) et Roxane Bertrand, Aix-Marseille Université (AMU)

En termes de calcul, les ordinateurs ont atteint des capacités bien supérieures aux nôtres depuis longtemps. Cela leur permet aujourd’hui de résoudre un certain nombre de tâches dans des domaines aussi variés que la reconnaissance d’image, le traitement automatique de la langue telle que nous la parlons (langue naturelle), la détection de fraude ou le ciblage marketing. Ces progrès ont été rendus possibles en particulier grâce aux progrès de l’intelligence artificielle, qui nécessitent à la fois beaucoup de données et une grande puissance de calcul. Pour autant, l’intelligence se résume-t-elle à une capacité de calcul ?

Aujourd’hui, des robots et personnages virtuels apparaissent dans notre environnement en incarnant de plus en plus souvent des rôles sociaux particuliers : tuteur virtuel, conseiller, compagnon, coach, etc.. Dans ces contextes d’usages, les machines doivent être dotées d’une certaine forme d’intelligence sociale et émotionnelle pour être capable de coopérer et de s’engager dans une interaction sociale avec l’utilisateur. L’intelligence sociale se définit comme la capacité de reconnaître et d’exprimer des comportements sociaux, tels que la politesse ou la dominance, et la capacité de gérer ces comportements pour construire une relation sociale avec un autre individu et l’amener à coopérer. L’intelligence émotionnelle se définit quant à elle comme la capacité de reconnaître, exprimer et gérer ses propres émotions et celles d’autrui.

Du point de vue de la machine, cette intelligence socio-émotionnelle est d’autant plus importante que l’utilisateur lui-même a une propension à adopter un comportement social face à ces entités artificielles : c’est le paradigme CASA (« Computers Are Social Actors »). De nombreux travaux ont montré une tendance naturelle, souvent inconsciente, à adopter des comportements sociaux envers la machine (politesse, sourires). Les utilisateurs ont de plus tendance à anthropomorphiser les systèmes interactifs, même les plus simples d’entre eux, en leur attribuant un genre, une ethnie, et une personnalité.

Dans la perspective de doter les systèmes interactifs d’une intelligence sociale et émotionnelle sont nés deux courants de recherche de l’intelligence artificielle : l’Informatique Affective (Affective Computing) et le traitement automatique des signaux sociaux (Social Signal Processing (SSP)).

La coopération entre l’humain et la machine

Ces courants de recherche ont pour objectif de développer des systèmes interactifs (personnages virtuels, robots ou avatars) capables de reconnaître, comprendre et exprimer des émotions et des comportements sociaux. Ceux-ci peuvent cependant être source d’inquiétude pour les utilisateurs, une inquiétude largement entretenue par les médias ou le cinéma. Qu’une machine ait une grande puissance de calcul est acceptable, mais le fait qu’on la dote d’émotions, une caractéristique si humaine, peut l’être beaucoup moins. Le propos de cet article est de montrer que l’enjeu de la recherche sur ces thématiques n’est pas de remplacer l’humain mais de permettre aux machines de mieux reconnaître ses émotions pour s’adapter à son comportement. En voici quelques illustrations.

Les robots, les avatars ou les personnages virtuels peuvent par exemple être utilisés pour promouvoir des coopérations entre individus grâce à des comportements “prosociaux”. Les questionnements sur l’utilisation de l’IA et son impact éthique et sociétal sont récents. Ainsi émerge un nouveau courant de recherche, l’informatique prosociale, qui se définit comme « l’informatique visant à soutenir et à promouvoir des actions qui profitent à la société et aux autres ». Nous le savons, le comportement des machines peut influencer le comportement humain. Par exemple, un simple regard de robot suffit à déclencher un comportement altruiste chez l’humain. Il faut donc être conscient de cela pour décider comment utiliser ces capacités pour le bien-être de tous. En d’autres termes, si la recherche permet de développer des technologies socio-émotionnelles, c’est à la société, c’est-à-dire nous tous, de décider comment utiliser ces technologies.

Dans un domaine différent, l’e-éducation, un intérêt croissant est apparu autour de la « formation par la simulation » à l’aide d’environnements virtuels. Un certain nombre de travaux ont été conduits autour de dispositifs permettant à une personne d’entraîner ses compétences sociales à l’aide de personnages virtuels (« Virtual Agents for Social Skills Training (VASST) ». Par exemple, le projet Tardis propose un personnage virtuel jouant le rôle d’un recruteur utilisé pour former aux entretiens d’embauche. Le système permet de détecter et d’analyser en temps réel la production de l’utilisateur (hésitations, silence, posture, gestes, expressions du visage, etc.). Des indices comportementaux en sont extraits, permettant de donner des indications sur la qualité de l’entretien et de fournir un retour à l’utilisateur. Plusieurs expérimentations ont montré que des systèmes de ce type sont efficaces en termes d’entraînement.

Dans le projet eCUTE, les enfants et les jeunes adultes sont confrontés à différentes situations utilisant des personnages virtuels pour la sensibilisation aux différences culturelles permettant en particulier de développer leur capacité d’empathie. La plate-forme FearNot ! a de son côté été développée pour lutter contre les comportements de harcèlement scolaire à l’école. Elle repose sur la capacité des individus à ressentir de l’empathie y compris pour des personnages virtuels. En jouant le rôle de la victime à travers un personnage virtuel dans une situation de harcèlement scolaire, les harceleurs changent leur comportement. Dans un autre registre, des travaux montrent également, grâce à une audience virtuelle capable de s’adapter au comportement de l’orateur, la possibilité de s’entraîner à la prise de parole en public. Par exemple, un comportement inadapté de l’orateur engendrera une audience virtuelle simulant l’ennui. https://www.youtube.com/embed/dTE14lPBO98?wmode=transparent&start=0 Cicero 2.0 : audience virtuelle/Mathieu Chollet.

Dans le projet VICTEAMS, un environnement de réalité virtuelle peuplé de personnages virtuels est développé afin de former les leaders d’équipes médicales dans des situations de crise. https://www.youtube.com/embed/AEabDyTxxV4?wmode=transparent&start=0 Projet VICTEAMS/Domitile Lourdeaux.

Dans nos propres travaux, nous avons développé un environnement permettant aux médecins de s’entraîner à l’annonce d’événements indésirables face à un patient virtuel. La façon dont les médecins délivrent des mauvaises nouvelles à un patient a en effet un impact significatif sur le processus thérapeutique (évolution de la maladie, effets secondaires des traitements, litiges, etc.). Cependant, les cliniciens expérimentés de même que les étudiants restent très peu formés sur cette problématique (coût, manque de temps) en dépit des préconisations faites par la Haute Autorité de la Santé (HAS). Pour répondre à cette demande, nous avons développé une plate-forme de réalité virtuelle dans laquelle le médecin peut dialoguer naturellement avec une patiente virtuelle. Le système permet de reconnaître et de comprendre en temps réel le discours du médecin. Le moteur de dialogue traite ainsi le message et génère la réponse de l’agent virtuel, exprimée à la fois verbalement par une synthèse vocale expressive ainsi que par un ensemble de comportements non-verbaux traduisant notamment son état émotionnel (e.g. expressions faciales d’émotion, gestes de douleurs, etc.). https://www.youtube.com/embed/HedXD2m-XcY?wmode=transparent&start=0 Projet Acorformed/Magalie Ochs.

Il existe bien d’autres exemples d’applications, par exemple pour aider les enfants autistes, pour lutter contre nos phobies sociales, ou encore pour accompagner les personnes âgées dans leur vie quotidienne. Dans tous ces exemples, l’objectif n’est pas de remplacer l’humain mais bien de compléter des besoins liés au cloisonnement social, au manque de formation, etc. Les personnages virtuels, les robots, ou les avatars peuvent nous aider, nous, humains, à nous rendre plus humains.

Le côté sombre de l’intelligence artificielle

Sans aucun doute, nous ne devons être ni naïfs, ni exagérément optimistes face à l’intelligence artificielle. Il existe des risques éthiques, sociaux, politiques (notamment de manipulation et de discrimination) dans ces applications face auxquels nous chercheurs, avons le devoir de veiller. Nous avons un devoir collectif face à cela. Notre rôle est de poursuivre le développement et l’avancée de ces techniques. Mais il est dans le même temps nécessaire d’assurer la transparence la plus complète sur nos systèmes, ce qu’ils sont capables de faire, ce qu’ils ne peuvent toujours pas faire, et ce qu’ils ne seront jamais capables de faire. C’est cette transparence qui permettra à la société entière de décider collectivement les usages que l’on doit envisager pour ces techniques. Les machines sont à notre service et non l’inverse, une machine ne doit pas prendre une décision à notre place. Et nous devons, ensemble, imposer cette transparence. C’est à cette condition que nous pourrons veiller à ne pas être déshumanisés par des machines.

Magalie Ochs, Chercheuse en Intelligence Socio-Emotionnelle Artificielle, Aix-Marseille Université (AMU); Noël Nguyen, Professeur, Aix-Marseille Université (AMU); Philippe Blache, Directeur de Institute of Language, Communication and the Brain, Aix-Marseille Université (AMU) et Roxane Bertrand, Chargée de recherche CNRS, Linguiste, Analyse des Interactions, Aix-Marseille Université (AMU)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.

Sens de l’intonation dans le dialogue

Lorsque nous parlons, notre voix se caractérise par des changements de hauteur répétés, et cela confère à chacune de nos phrases une mélodie particulière. Il est bien établi que la mélodie d’une phrase transmet une information spécifique. Par exemple, on dit souvent qu’une mélodie montante en fin de phrase signifie soit que cette phrase est une question, soit que le locuteur signale à son interlocuteur qu’il n’a pas terminé de parler et va produire une autre phrase. Au contraire, une mélodie descendante en fin de phrase signifie que le locuteur veut transmettre une information à laquelle il croit, et qui vient clore un chapitre de son discours. Une mélodie descendante indique ainsi que le locuteur est prêt à céder la parole à son interlocuteur.

Crédits photo : Cheryl Frenck-Mestre — tous droits réservés

Ces phénomènes, regroupés sous le terme d’intonation, sont scrutés avec attention par les chercheurs en sciences du langage depuis longtemps. Cette étude a contribué à ouvrir une voie nouvelle, en démontrant de manière expérimentale que le sens de l’intonation est essentiellement de nature dialogique : le choix de telle ou telle intonation signale à la fois l’attitude du locuteur vis-à-vis de ce qu’il dit (il le croit, en doute, l’ignore…) mais aussi ce qu’il imagine que son interlocuteur en pense.

À travers l’étude de l’interprétation de quatre mélodies du français, Cristel Portes et ses co-auteurs ont pu établir que la signification de ces mélodies pouvait être décrite au moyen de trois propriétés fondamentales : 1- l’engagement du locuteur vis-à-vis du sens de sa propre phrase (dans quelle mesure croit-il à la vérité de la situation que décrit la phrase), 2- l’attitude qu’il attribue à son interlocuteur vis-à-vis de cette même situation (le locuteur pense-t-il que son interlocuteur est prêt à le croire ou qu’au contraire il risque de mettre en doute ses propos, voire de le contredire ? 3- l’anticipation par le locuteur de la réaction de son interlocuteur (ce dernier peut attendre la prochaine phrase du locuteur, confirmer ce que le locuteur a dit, (re)prendre la parole pour répondre à sa question, ajouter de nouvelles informations, raconter une autre histoire, etc.).

L’étude a ainsi permis de jeter une lumière nouvelle sur l’intonation, une composante essentielle du langage oral, en démontrant qu’elle joue un rôle très précis et très important dans la négociation des informations échangées par les interlocuteurs au cours d’une conversation.

Référence : Cristel Portes, Claire Beyssade, Amandine Michelas, Jean-Marie Marandin, Maud Champagne-Lavau. The Dialogical Dimension of Intonational Meaning: Evidence from French. Journal of Pragmatics, Elsevier, 2014, 74, pp.15-29.

Comme des œuvres musicales

Nos conversations sont orchestrées comme des œuvres musicales

Chambre sourde, enregistrement de deux locuteurs.
Jean-Claude Moschetti/CNRS, Author provided

Roxane Bertrand, Aix-Marseille Université (AMU) et Noël Nguyen, Aix-Marseille Université (AMU)

Que l’on soit au travail, entre amis ou en famille, en face à face ou au téléphone, la conversation orale est au cœur de notre vie sociale. Si la communication écrite connaît un essor considérable à l’heure d’Internet, des smartphones et des réseaux sociaux, la conversation orale reste le support privilégié de nos échanges interindividuels, dès les premières années de la vie, et dans toutes les sociétés humaines.

Sans fil conducteur établi d’avance, la conversation est souvent sa propre raison d’être : on parle pour parler, de la pluie et du beau temps, de tout et de rien. Dans bien des cas, l’objectif premier n’est pas tant d’échanger des informations, que de nous engager dans ce mode particulier d’être avec autrui.

De récentes études réalisées sur des corpus de parole conversationnelle, ont d’ailleurs fait apparaître la faible richesse de ces échanges sur le plan informationnel. Auriez-vous imaginé que « mh », « ah », ou « voilà », fassent partie des formes les plus fréquemment produites par les locuteurs ? C’est l’un des multiples éléments montrant que la conversation fait souvent prévaloir la dimension interactionnelle du langage oral, vis-à-vis de ce dont le langage peut nous permettre de parler.

L’orchestration d’une conversation est soumise à la manière dont nos énoncés sont agencés, et notamment au caractère linéaire de cet agencement. Chaque énoncé que nous produisons possède un début, un milieu et une fin, et notre interlocuteur doit traiter les différents éléments de l’énoncé au fur et à mesure que ces éléments lui parviennent. Les conversations sont ainsi organisées sous une forme qui reflète la structure du langage lui-même. Mais les recherches actuelles sur la parole conversationnelle nous amènent également à repousser les frontières du langage, telles que ces frontières ont pu être établies par la linguistique contemporaine depuis son avènement.

Par exemple, le son « mh » dont nous avons fait mention – et que l’on décrit techniquement comme une consonne nasale non relâchée – n’a pas été jusqu’à présent considéré par les phonologues comme faisant partie des consonnes du français. Cela est vrai aussi de ces sons bien particuliers que l’on appelle des clics, et que nous émettons souvent dans nos conversations en français, bien qu’on ne les fasse pas figurer dans notre système consonantique. Des travaux récents ont mis en évidence le rôle central de ces sons « à la marge du langage » dans nos interactions conversationnelles.

Une conversation se présente souvent comme un exercice de libre association pratiqué à deux ou à plusieurs. Son point d’aboutissement est rarement prévisible, et elle peut emprunter de nombreux détours inattendus. Il nous arrive d’ailleurs de revenir en arrière avec notre interlocuteur, afin de savoir « comment on en est arrivés à parler de ça ». Mais derrière cette apparente liberté dans le déploiement de nos conversations, se dissimule un système bien établi de règles de construction, et que chacun respecte sans l’avoir jamais appris de manière explicite. Les recherches menées sur la conversation aujourd’hui visent à mieux comprendre ce système de règles, à étudier de quelle manière il se met en place chez l’enfant, et à déterminer s’il présente des caractéristiques communes à toutes les langues humaines.

Des principes partagés : Alternance et coopération

Tous nos échanges sont le résultat d’efforts de coopération visant à suivre une ligne commune afin de satisfaire certains objectifs. Qu’il s’agisse d’un bref échange de salutations ou d’une réelle conversation, nous obéissons pour ce faire à des règles et des principes qui fondent un réel système. Harvey Sacks et ses collègues ont mis en lumière l’organisation qui sous-tend l’alternance de parole. Une seule personne parle à la fois, selon le schéma ABABAB (A et B : les deux locuteurs). La durée des intervalles entre tours est minimisée (principe « no gap »), tout comme celle des chevauchements entre tours (principe « no overlap »).

« mh », « ah », ou « voilà », font partie des formes les plus fréquemment produites par les locuteurs.
Christin Hume/Unsplash, CC BY

Ce modèle rend compte des techniques d’allocation des tours et des lieux possibles de transition de parole. Un locuteur peut ainsi sélectionner le locuteur du tour suivant en lui adressant une question. Ce faisant, il exerce une contrainte sur son interlocuteur en l’enjoignant à répondre, comme en témoignent des remarques telles qu’« alors, je t’ai posé une question ! » quand cette contrainte n’est pas satisfaite.

La réponse forme avec la question une paire adjacente : le premier élément de la paire appelle, ou projette, un type d’énoncé spécifique (le second élément). Ce pouvoir projectif qui s’exerce au sein des paires adjacentes renvoie à une organisation préférentielle selon laquelle, parmi les différentes suites pouvant être choisies par le locuteur B, il en est une que le locuteur A préfère aux autres. Par exemple, l’acceptation, plutôt que le refus, est la réponse préférée à une offre ou une invitation.

L’organisation préférentielle favorise la poursuite du discours et maximise la coopération, en minimisant les conflits. Dans ces paires adjacentes, le deuxième élément prend nécessairement place après la fin du premier. De manière plus générale, le locuteur B prend le tour en des lieux bien précis dans le décours de la conversation, que l’on appelle des lieux de transition pertinents.

Une orchestration temporelle de haute précision

Lorsque nous conversons, nous ne cessons de traquer dans le discours de l’autre les éléments qui nous permettront de réagir de manière appropriée en respectant le bon timing. Observons une conversation et remarquons combien nos tours de parole s’enchaînent le plus souvent harmonieusement. Nous n’en avons pas conscience, mais prendre ou céder la parole exige une minutie remarquable. Des études ont montré qu’un délai de 100 à 300 ms serait la règle entre les tours de parole, et ce indépendamment des langues considérées. Ce délai paraît extrêmement court. On estime en effet qu’il nous faut en moyenne 600 ms pour produire un mot (de l’intention de produire ce mot, à sa prononciation). Si nous sommes si rapides dans l’enchaînement entre tours, c’est parce que nous préparons le tour d’après pendant celui de notre interlocuteur, dont nous sommes capables de prédire la fin, grâce à différents indices de projection (syntaxique, prosodique, mimogestuel, etc. ; par exemple, le fait de pointer notre menton vers notre interlocuteur peut constituer un indice gestuel indiquant que nous lui cédons la parole).

L’organisation préférentielle éclaire également cette question de timing. Si une réponse préférée apparaît généralement dans le délai moyen, son alternative non préférée peut apparaître tardivement (1 seconde ou plus) et comporter des éléments d’excuse ou d’hésitation qui révèlent explicitement une transgression des attentes.

Le rôle actif de l’auditeur

D’autres marques explicites évoquant « l’art de la conversation » renvoient aux « mh », « ok », mouvements de tête ou de sourcils qui remplissent nos conversations. Si l’on cherche à se remémorer le contenu d’un échange, il est coutumier de ne pas faire état de ces feedbacks. En revanche, une conversation qui en serait emplie, ou au contraire dépourvue, peut laisser une impression de malaise, comme si le courant n’était pas ou mal passé.

Cette impression est liée au fait que ces items de feedbacks sont loin d’être de simples réactions anarchiques et désordonnées. De fait, ils font système, et ne dérogent pas aux règles et principes de la conversation. Ils reflètent la coopération entre les participants et influent sur la progressivité du discours.

De plus en plus d’études s’accordent sur leur rôle crucial pour favoriser la compréhension mutuelle entre les locuteurs. Outre leurs fonctions d’acquiescement ou d’évaluation de l’énoncé précédent, ils ont également un impact sur l’énoncé suivant.

Quand on raconte une histoire, ce qui est une activité très fréquente en conversation et qui place notre interlocuteur en situation d’écoute, notre récit est de meilleure qualité lorsque l’interlocuteur contribue activement, via ses différents feedbacks, à son élaboration. Par ailleurs, un froncement de sourcil exprimant une incompréhension rompt ponctuellement la progressivité du discours. Ce mouvement de sourcil oriente ainsi le discours vers une trajectoire interactionnelle spécifique de réparation du trouble qui permettra à l’interlocuteur de raccrocher pour que l’interaction s’accomplisse avec succès.

Toutes les études le montrent : si la conversation peut former cet espace interactionnel dans lequel on baguenaude à deux ou à plusieurs avec autant de liberté, cela tient, paradoxalement, à ce qu’elle est orchestrée avec la précision d’une œuvre musicale, et repose sur un ensemble bien établi de règles et principes, que nous respectons sans y penser, et sans les avoir appris de manière explicite. La conversation possède sa propre grammaire, que les chercheurs s’attachent aujourd’hui à mettre au jour.The Conversation

Roxane Bertrand, Chargée de recherche CNRS, Linguiste, Analyse des Interactions, Aix-Marseille Université (AMU) et Noël Nguyen, Professeur, Aix-Marseille Université (AMU)

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.