Des rapports entre musique et interactions langagières

Origafoundation, CC BY-SA 3.0 https://creativecommons.org/licenses/by-sa/3.0, via Wikimedia Commons

Dans sa passionnante autobiographie, Words without Music, Philip Glass, l’une des figures de proue américaines de la musique minimaliste, présente sa vision d’une œuvre musicale en des termes qui ne vont pas sans évoquer les conceptions actuelles sur le langage oral en tant que support premier de nos interactions sociales. Glass écrit ainsi qu’une œuvre musicale n’existe pas de manière indépendante. « La musique existe entre vous — l’auditeur — et ce que vous êtes en train d’écouter. » Elle vient à exister à travers vous, et l’activité cognitive déployée par vous en est le contenu. La musique se présente comme une transaction entre le musicien et la personne qui l’écoute.

De manière analogue, dans les recherches menées aujourd’hui sur les interactions langagières, il est souvent considéré que les représentations et les processus cognitifs mis en jeu par deux interlocuteurs ne préexistent pas entièrement à ces interactions, et sont sujets à un mécanisme de co-construction dans lequel les deux interlocuteurs sont engagés.

In Focus: Philip Glass, un retour sur l’œuvre de Philip Glass, une émission diffusée le 14 novembre 2020 sur NTS.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.