Sur ce que fait le cerveau de l’auditeur dans la compréhension d’un récit

Un aperçu fort intéressant, et pour tous les publics, de différentes recherches sur les bases cérébrales de la compréhension du récit, par Jean Claude Ameisen, dans son émission « Sur les épaules de Darwin », sur France Inter, rediffusé le 6 juin 2020. En voici quelques extraits :

Une personne est en train de nous parler, de nous raconter une histoire. Nous écoutons et nous comprenons, nous partageons cette histoire et nous la vivons à notre tour. […] De nombreuses régions du cerveau qui s’activent chez le conteur pendant qu’il raconte son histoire, s’activent aussi chez les auditeurs lorsqu’ils écoutent cette histoire. Les auditeurs entrent en résonance avec les conteurs. Cette résonance concerne à la fois des régions du cerveau impliquées dans la perception des sons, des aires cérébrales impliquées dans la compréhension des paroles comme l’aire de Wernicke, des aires cérébrales impliquées dans la production des paroles comme l’aire de Broca, et ces régions frontales qui participent à la compréhension de la signification de l’histoire, et d’une manière générale à la compréhension des intentions, des désirs, des états d’esprit des autres. […] Écouter une histoire, c’est non seulement être en train de l’entendre et de tenter de la comprendre, c’est aussi, dans le même temps, activer en soi l’aire de Broca, mimer en soi la production de parole, qui permet de raconter l’histoire. Comme dans d’autres modes de communication, il y a dans la communication verbale un lien étroit entre perception et action. […]

Comprendre, c’est non seulement mimer en nous avec un léger retard les activités cérébrales qui émergent chez le conteur, c’est aussi et peut-être surtout être capable de prendre de l’avance sur ce qui est en train d’émerger, sur ce qui est encore à venir, c’est précéder l’autre au long de la piste qu’il est en train de tracer, c’est faire appel à notre imagination et dans le même temps vérifier en permanence que le chemin sur lequel nous nous sommes avancés est bien celui que va emprunter le conteur. C’est vérifier en permanence que nous ne nous sommes pas égarés, c’est être continuellement en chemin entre le passé et le futur, c’est être à la fois en retard sur le conteur, ce léger retard de plusieurs secondes avec lequel l’écho le reflet l’empreinte de ses paroles résonne en nous, et en avance sur le conteur, cette légère avance que nous prenons sur la signification de l’histoire qu’il est en train de nous raconter. D’où peut-être cette tendance que nous avons parfois à vouloir interrompre d’un geste, d’un murmure, d’une parole, une personne en train de nous parler, pour lui signifier que nous connaissons déjà la suite, que nous savons déjà avant même qu’elle nous le dise, ce qu’elle a l’intention de nous dire, pour lui signifier qu’elle peut aller plus vite, qu’elle peut sauter une étape, et nous rejoindre là où nous l’avons devancée. […]

Auteur : Jean Claude Ameisen


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.