Sens de l’intonation dans le dialogue

Lorsque nous parlons, notre voix se caractérise par des changements de hauteur répétés, et cela confère à chacune de nos phrases une mélodie particulière. Il est bien établi que la mélodie d’une phrase transmet une information spécifique. Par exemple, on dit souvent qu’une mélodie montante en fin de phrase signifie soit que cette phrase est une question, soit que le locuteur signale à son interlocuteur qu’il n’a pas terminé de parler et va produire une autre phrase. Au contraire, une mélodie descendante en fin de phrase signifie que le locuteur veut transmettre une information à laquelle il croit, et qui vient clore un chapitre de son discours. Une mélodie descendante indique ainsi que le locuteur est prêt à céder la parole à son interlocuteur.

Crédits photo : Cheryl Frenck-Mestre — tous droits réservés

Ces phénomènes, regroupés sous le terme d’intonation, sont scrutés avec attention par les chercheurs en sciences du langage depuis longtemps. Cette étude a contribué à ouvrir une voie nouvelle, en démontrant de manière expérimentale que le sens de l’intonation est essentiellement de nature dialogique : le choix de telle ou telle intonation signale à la fois l’attitude du locuteur vis-à-vis de ce qu’il dit (il le croit, en doute, l’ignore…) mais aussi ce qu’il imagine que son interlocuteur en pense.

À travers l’étude de l’interprétation de quatre mélodies du français, Cristel Portes et ses co-auteurs ont pu établir que la signification de ces mélodies pouvait être décrite au moyen de trois propriétés fondamentales : 1- l’engagement du locuteur vis-à-vis du sens de sa propre phrase (dans quelle mesure croit-il à la vérité de la situation que décrit la phrase), 2- l’attitude qu’il attribue à son interlocuteur vis-à-vis de cette même situation (le locuteur pense-t-il que son interlocuteur est prêt à le croire ou qu’au contraire il risque de mettre en doute ses propos, voire de le contredire ? 3- l’anticipation par le locuteur de la réaction de son interlocuteur (ce dernier peut attendre la prochaine phrase du locuteur, confirmer ce que le locuteur a dit, (re)prendre la parole pour répondre à sa question, ajouter de nouvelles informations, raconter une autre histoire, etc.).

L’étude a ainsi permis de jeter une lumière nouvelle sur l’intonation, une composante essentielle du langage oral, en démontrant qu’elle joue un rôle très précis et très important dans la négociation des informations échangées par les interlocuteurs au cours d’une conversation.

Référence : Cristel Portes, Claire Beyssade, Amandine Michelas, Jean-Marie Marandin, Maud Champagne-Lavau. The Dialogical Dimension of Intonational Meaning: Evidence from French. Journal of Pragmatics, Elsevier, 2014, 74, pp.15-29.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.